Psychologie Energétique (par Yves Wauthier-Freymann)

La Psychologie Energétique (Energy Psychology) est un mou­ve­ment de la psy­cho­lo­gie moderne repre­nant les famil­les de tech­ni­ques psy­cho­thé­ra­peu­ti­ques axées sur l’équilibre et l’har­mo­ni­sa­tion corps/esprit. Elles ont été cli­ni­que­ment reconnues effi­ca­ces dans un large spec­tre de condi­tions psy­cho­lo­gi­ques.

Ces inter­ven­tions s’adres­sent tout à la fois à ce que l’Orient appelle com­mu­né­ment la « matrice vibra­toire » (ou énergie vitale « Ki » – « Chi ») si rapide qu’elle peut sem­bler « magi­que ». Le cer­veau humain semble en effet neu­ro­lo­gi­que­ment câblé de telle sorte que de telles sti­mu­la­tions font pure­ment et sim­ple­ment cica­tri­ser les bles­su­res psy­chi­ques.
(David Feinstein, Fred P. Gallo, Bruce H. Lipton) »

 

Les thérapies neurologiques de la Psychologie Energétique regroupent les thérapies énergétiques (EFT, TFT, BSFF, Zensight,…) et les thérapies par mouvements des yeux (telles que l’EMDR, l’EMO,…) ou par stimulations bilatérales des hémisphères cérébraux.

La raison de leur succès ?

Leur extraordinaire efficacité. Ces thérapies produisent une guérison profonde et à long terme, le plus souvent en un temps éclair.

Une étude magistrale vient de paraître en avril 2007 et reprend les résultats de 14 années d’études sur près de 30.000 patients. Sur un groupe de 5.000 patients souffrant de troubles d’anxiété. La moitié furent soignés de façon classique (groupe témoin – médication et entretiens), l’autre moitié par une méthode d’Energy Psychology (groupe test – tapotement de point d’accupression selon un protocole établi tapping). Près de 90% des patients du groupe test répondirent positivement au traitement avec 76% de ceux-ci restant totalement libres de tout symptôme plus d’une année après la fin du traitement. De plus, si il avait fallu 15 séances dans le groupe témoin (63% de réponses positives, 51% libres de symptôme 1 année plus tard), seulement 3 séances de « tapping » furent, en moyenne, nécessaires pour obtenir ce résultat.

Tout ceci fut corroboré par imagerie cérébrale et contrôle des neurotransmetteurs.

Nous devons la publication de cette étude à David Feinstein, PH.D., « Energy Psychology : Method, Theory, Evidence » (2007)

Citons encore, tout particulièrement, en Energy Psychology (Psychologie Energétique) l’exemple de l’EFT (Emotional Freedom Technique de Gary Craig) :

L’EFT combine des stratégies cognitives avec la stimulation de points d’acupuncture spécifiques qui sont connus pour agir sur le système électrochimique du cerveau, en les tapotant du bout des doigts. On opère ainsi des changements dans le fondement neurochimique des pensées, des souvenirs, des émotions et des comportements.

L’EFT a le mérite d’être simple, rapide, efficace et douce. On peut virtuellement l’utiliser sur tout. Sur la plupart des émotions simples, ou reliées à un événement unique et précis, un soulagement est obtenu en moins de 5 minutes. Traiter des problèmes ramifiés comme des croyances négatives sur soi ou des traumas de l’enfance qui se sont produits pendant des années prend plusieurs séances.

Quand l’utiliser en auto-traitement ?

Pour vous débarrasser d’un souvenir difficile. Pour libérer votre système énergétique du stress causé par certains aspects de votre vie familiale, sentimentale ou de votre activité professionnelle. Pour apaiser sur le moment même une émotion, une anxiété, une douleur, la fatigue,…

En revanche, pour traiter de réels traumatismes, il est indispensable d’être accompagné par un professionnel de la psychothérapie formé à l’EFT ou à une autre branche de l’Energy Psychology.

« L’EFT est un traitement né de l’école humaniste

Depuis le début de la psychothérapie (Charcot, Janet, Freud) et durant des années encore, les premiers thérapeutes ont cru bon d’analyser l’inconscient à travers l’association libre d’idées afin de découvrir certains mécanismes du psychisme caché. Freud a contribué à mettre en lumière le processus du « refoulement » habituellement admis en psychologie. La psychanalyse classique reconnaît avoir des limites. Jacques Lacan a clairement énoncé que la guérison n’en était pas le but mais éventuellement « la cerise sur le gâteau ». D’innombrables souffrances peuvent rester intactes alors que l’on comprend l’origine de certaines difficultés.

A partir des années 1950, l’Ecole Humaniste, avec à sa tête Carl Rogers, a découvert que la relation entre thérapeute et patient était un élément très important dans le processus de guérison psychique. Cette relation permet une éclosion de l’émotion au contact de celle du thérapeute. Cette alchimie catalyse le processus de libération en psychothérapie. Dans l’évolution des découvertes en psychologie, une étape nouvelle vers la liberté retrouvée chez le patient venait d’être franchie. Hélas, même l’approche humaniste peut s’avérer insuffisante lorsque des blessures sont trop grandes.

Le traitement en cas de traumatismes ou de manque majeur.

Quand quelqu’un subit un traumatisme ou trouble majeur répété dans le temps (accident de voiture, abus sexuels dans l’enfance, violences, dévalorisation), une partie de son psychisme peut rester comme « bloquée » par cet événement.

Cette part de soi (« Ego State » ou « part de moi ») reste comme gelée dans le passé, même si d’autres parts de la personne ont pu continuer à se construire physiquement et intellectuellement. Puis advient un élément déclencheur dans la vie, et ceci fait resurgir l’émotion liée à cet évènement passé, même si l’événement reste souvent inconscient. La réaction du patient reproduit souvent cette émotion du passé avec une intensité démesurée face à l’évènement du présent. » Tony Brazil – www.eft-therapy.fr

Traitement des Désorganisation Neurologiques (DN) et des Inversions Psychologiques (IP)

Nous retrouvons dans l’ensemble des ces méthodes de la Psychologie Energétique divers aspects communs et, notamment, le rappel qu’en tant que thérapeute, nous sommes confrontés régulièrement à ce que nous appelons des « résistances » ou des racines émotionnelles.

Les travaux et recherches en médecine énergétique nous ont permis de mieux comprendre ces racines:

« Les racines émotionnelles des problèmes, en compagnie des croyances qui les accompagnent, reposent dans l’esprit subconscient, et semblent « collées » ensemble dans des circuits électromagnétiques spécifiques. Ces racines émotionnelles, liées à leurs convictions négatives particulières, créent et maintiennent des problèmes précis, pouvant être de nature psychologique, spirituelle ou générer des symptômes physiques qui vont se manifester de manière répétée.

Pour chaque problème spécifique, il y a typiquement entre 700 et 2000 racines émotionnelles irrésolues combinées à une série de croyances précises. Toute expérience du problème peut s’accompagner d’une ou plusieurs émotions négatives. Chaque séquence du traitement en Energy Psychology va éliminer conjointement toutes ces racines émotionnelles et le système de croyances qui lui correspond, faisant disparaître le symptôme complètement.

Une racine émotionnelle provient d’une expérience unique contenant des émotions négatives irrésolues (chagrin, peur, colère) qui sont engrangées dans le subconscient. Ces racines émotionnelles vont finir par produire un système de croyances. Ce système de croyance, qui gît dans le subconscient de la personne, détermine le moment, la durée, l’intensité, la raison, et l’effet d’un symptôme spécifique, d’un comportement ou d’une expérience négative.

Un problème peut se décomposer en plusieurs problèmes ou aspects, possédant chacun ses propres racines émotionnelles et croyances. Par conséquent, ils devront tous faire l’objet d’un traitement à part, sauf dans certains cas où plusieurs aspects disparaissent d’eux-mêmes conjointement au traitement de l’un d’entre eux (effet de généralisation cumulé avec l’« emprunt des bénéfices » en EFT)

Il peut arriver qu’après traitement, un problème revienne, qu’il suffit alors tout simplement de retraiter rapidement, avec de fortes chances de l’éliminer complètement.

Les « Inversions psychologiques » (limites imposées par le subconscient, notre système d’auto-sabotage) se traitent de la même façon que n’importe quel autre problème. La procédure BSFF (Be Set Free Fast), par exemple, s’accomplit ainsi d’une seule traite, facilitant son utilisation.

BSFF soigne les mêmes problèmes à souche émotionnelle que les autres techniques énergétiques ou traditionnelles. Cependant, BSFF semble travailler à un niveau psychologique plus profond, parce que le procédé vise spécifiquement les problèmes à leur source, dans le subconscient (ou inconscient). Rappelons que l’importance du subconscient dans la création et le maintien des symptômes psychologiques et physiques est cruciale. » (Larry Nims, Ph. D. et fondateur du BSFF, traduit par Sophie Merle)

Le test musculaire hérité de la Kinésiologie appliquée, théorisée par George J. Goodheart, Jr., D.C., en 1964, est un des outils utilisés pour repérer ces désorganisations ou inversions.

Toutes ces méthodes ont commencé à se faire connaître en Europe depuis une vingtaine d’années pour les plus anciennes et seulement depuis quelques années pour les plus récentes.
Il faut dire que la majeure partie des études sont en anglais et que cela représente encore un obstacle pour les thérapeutes francophones. Cependant malgré cette relative jeunesse les études se multiplient et nous rapportent de plus en plus de résultats efficaces et rapides.

L’Energy Psychology sous ses divers courants, grâce à l’excellent travail de l’ACEP (Association for Comprehensive Energy Psychology) www.energypsych.org vient d’ailleurs d’être reprise dans les formations continues reconnues par l’APA (American Psychological Association) et que doivent suivre obligatoirement les médecins et thérapeutes aux USA. Des formations spécifiques à l’Energy Psychology commencent également à être accessibles aux thérapeutes ou au public sous la forme de l’auto-traitement des émotions.

Retenons donc que l’Energy Psychology représente un traitement humaniste non seulement holistique mais également le rapprochement tant attendu entre les voies d’intervention thérapeutique occidentale et orientale.

« Le contentement apporte le bonheur, même dans la pauvreté.
Le mécontentement apporte la pauvreté même dans la richesse. »
Confucius

Yves Wauthier-Freymann est psychothérapeute, spécialisé en thérapies brèves orientées solutions et en traitement du stress post-traumatique. Il est praticien en hypnose, PNL, EMDR, Energy Psychology EFT et TAT, membre de l’ACEP (Association for Comprehensive Energy Psychology, USA), et praticien en thérapies énergétiques (Reiki, Seiki, shiatsu). Il est formateur, anime des séminaires et conférences et supervise des thérapeutes.

Article publié le 14 septembre 2008 sur Mieux-être.org

0 responses on "Psychologie Energétique (par Yves Wauthier-Freymann)"

    Leave a Message

    IIPECA Academy© Institut International de Psychologie Énergétique et de Clinique Appliquée  - Yves Wauthier Tout droit réservé